Visitez la galerie des martyrs  
kamea
Accueil    Qui sommes nous?    Login    Forums    Download    Soumettre un article    Top 10
    Recherche  
  Se connecter 11 visiteur(s) et 0 membre(s) en ligne.


 Chat Box  
45.217.1.>vega
45.217.1.>vega
41.188.1.>:-)
41.188.1.>8-) ;-) :|
41.203.1.>salut :b
41.188.1.>salut j'aime

Cliquez ici pour entrer


Il y a 0 personnes connectées.

 Activité du Site  
Pages vues depuis 01/01/2010 : 34 457 794
  • Nb. de Membres : 123
  • Nb. d'Articles : 7 167
  • Nb. de Forums : 3
  • Nb. de Sujets : 8
  • Nb. de Critiques : 0

Top 10  Statistiques



UN LEADER DE PARTI DEPLORE LE RACISME ET L'EXCLUSION DES MAURITANIENS NON ARABES
Posté par Ibnou le Saturday 01 October 2016 @ 04:43:21 (71 lus)

Mauritanie-dialogue politique: un leader de parti déplore le racisme et l'exclusion des Mauritaniens non Arabes
Mauritanie-dialogue politique: un leader de parti déplore le racisme et l'exclusion des Mauritaniens non Arabes

 

Le360 - «Excusez-moi Mr le président. Je vais abuser de votre patience, car je serais très long pour parler d’une situation désastreuse», dixit Bâ Alassane Hamady Soma (alias Balas), président du Parti mauritanien du concret/Arc-en-Ciel, lors de ce qui fut l’un des moments forts de la séance d’ouverture, hier jeudi, du «Dialogue politique national inclusif» en Mauritanie.


Sans langue de bois et sans prendre de gants, Balas a martelé et dénoncé «une marginalisation totale» de la communauté négro-africaine, vocable désignant les Mauritaniens non-arabes (peulhs, soninkés, wolofs et bambaras) et leur exclusion de tous les secteurs de la vie économique nationale. Une allocution diversement appréciée, bien évidemment, mais qui tranche avec les discours de circonstance.


S’exprimant devant le président, les membres du gouvernement, les leaders de partis politiques et une assistance nombreuse, le président du PMC/Arc en Ciel s’est adressé directement au premier magistrat du pays, Mohamed Ould Abdel Aziz, dans une allocution retransmise en direct à la télévision d’Etat.


«Les acteurs de la communauté négro-africaine sont exclus des milieux d’affaires (banques, assurances et entreprises de grande importance) en dépit d’une expertise incontestable. Ils sont oubliés dans l’attribution des agréments pour la création d’organes de presse, l’audiovisuel, etc.».


Le leader du PMC/Arc en ciel s’est également insurgé contre «la non admission des enfants noirs au sein de l’école d’excellence», comme l’atteste la composition unicolore des enfants admis au sein de cette institution qui fonctionne comme une académie militaire accueillant des jeunes destinés à la carrière militaire. Une manière d’exclure cette frange de la communauté mauritanienne des rôles futurs de dirigeants de l’armée mauritanienne.


Par ailleurs, Balas a posé le problème «des rapatriés mauritaniens du Sénégal, devenus des réfugiés dans leur propre pays devant l’impossibilité de recouvrer leurs biens confisqués au moment de leur déportation lors des évènements douloureux de 1989, notamment leurs lieux d’habitation et leurs terres de culture, privés de papiers d’état civil à cause du comportement de l’Agence national du registre des populations et des titres sécurisés (ANRPTS)».


Ces Mauritaniens, qui ont été déportés vers le Sénégal en 1989 et dont certains, au nombre de 24.000 individus, ont été rapatriés grâce à un accord tripartite entre les gouvernements de Mauritanie, du Sénégal et le HCR. Ils vivent dans des conditions encore déplorables loin de leur lieu d’habitation d’avant leur déportation vers le Sénégal.







Lire la suite... | 6 744 caractères de plus | 1 Commentaire | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

TRANSFEREMENT DE MILITANTS ANTI-ESCLAVAGISTES EMPRISONNES VERS LE NORD DE LA MAURITANIE
Posté par Ibnou le Thursday 29 September 2016 @ 23:54:38 (223 lus)

Transfèrement de militants anti-esclavagistes emprisonnés vers le nord de la Mauritanie
 Transfèrement de militants anti-esclavagistes emprisonnés vers le nord de la Mauritanie

 

AFP - Treize militants anti-esclavagistes mauritaniens, qui ont fait appel de leur condamnation à des peines de prison notamment pour "usage de la violence", ont été transférés de la capitale Nouakchott vers le nord du pays.


Leurs avocats s'étaient déjà opposés en août à une demande du parquet de transférer les 13 militants de l'Initiative pour la résurgence du mouvement abolitionniste (IRA), dénonçant une tentative de compliquer la tâche de la défense.


Les 13 détenus "se trouvent depuis hier (mercredi) soir à Zouerate. Ils ont été transférés" dans cette ville minière du Nord, a affirmé le président de l'IRA, Biram Ould Dah Ould Abeid, joint par l'AFP à Dakar où il séjourne actuellement. "Le régime mauritanien veut les éloigner et intimider toute velléité de résistance", a estimé le dirigeant de l'IRA, ONG non reconnue par l'Etat.


"Les 13 camarades ont quitté Nouakchott mercredi et sont arrivés le même jour à Zouerate", a de son côté affirmé à l'AFP à Nouakchott Assietou Mint Saleh, une porte-parole de l'IRA.


Cette information a été confirmée à l'AFP par une source de sécurité mauritanienne.


Les prisonniers seront jugés en appel par la cour d'appel de Zouerate, a affirmé à l'AFP une source judiciaire, sans indiquer de date.


Ils ont été condamnés le 18 août à des peines de 3 à 15 ans de prison par la Cour criminelle de Nouakchott.


Les 13 militants anti-esclavagistes ont été arrêtés en juin-juillet pour leur implication présumée dans une manifestation violente survenue lors du déplacement forcé par les autorités, le 29 juin, d'habitants du bidonville de Ksar à Nouakchott.


Ils étaient accusés de "rébellion, usage de la violence, attaque contre les pouvoirs publics, attroupement armé et appartenance à une organisation non reconnue".


Ils avaient affirmé avoir été torturés en détention, ce que le parquet a démenti.







Lire la suite... | 5 024 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

NIABINA.....
Posté par boubacar le Tuesday 27 September 2016 @ 00:44:16 (27 lus)

Anonyme écrit "

Niabina : huit personnes mis sous mandat de dépôt à la prison d'Aleg

Niabina : huit personnes mis sous mandat de dépôt à la prison d'Aleg

 

Le Calame - Sept personnes originaires deNiabina, accusées d’être les fauteurs de troubles et d’être à l’origine de la destruction d’une partie du goudron ont été écrouées à la prison civile d’Aleg par le parquet du tribunal régional de la capitale du Brakna
Les mis en cause ont été arrêtés par les pandores, suite au mouvement de protestation consécutif à la mort de l’imam et notable du village de M’Bahé, Mamoudou Elimane DIA connu sous le nom de Thierno Dahirou DIA, fauché par un bus filant à vive allure. 
L’auteur du forfait, Mohamed Yahya Ould Elemine (né en 1972 à Monguel ) a été lui aussi mis sous mandat de dépôt. Sept autres personnes interpellées, déférées au même titre que les autres ont fait l’objet, quant à eux, de contrôle judiciaire. Une cinquantaine de jeunes avaient été arrêtés et gardés à vue à la brigade de gendarmerie de M’Bagne. 
Après une enquête préliminaire, 38 jeunes avaient été relâchés. Certains d’entre eux ont fait état de torture et de traitements dégradants dont ils ont été victimes. 
Plusieurs personnes revenant des champs ou d’ailleurs ont été interpellées dans la confusion par les forces de l’ordre qui avaient investi les domiciles pour interpeller des personnes innocentes, ont déploré plusieurs témoins. 
Pour rappel, les autorités régionales du Brakna avaient conditionné la libération des 50 jeunes arrêtés par les pandores, lors des échauffourées les ayant opposés à Niabina, à la réparation des dégâts occasionnés sur la route bitumée. 
Une condition posée en guise de réponse à la requête des notables du village assimilée à une énième provocation. Dans la vallée des larmes, les autorités se sont toujours comportées en territoire conquis soumettant des villages entiers depuis les années de plomb à un état de siège permanent. 
Niabina est un symbole dans cette longue litanie de village du sud mauritanien pris en étau. L’épisode du sentimental berger menteur simulant un rapt poussant certains à vouloir ouvrir des tombeaux est édifiant. Le croyant kidnappé, sa tribu venue armée mettra, avec l'aide des autorités sécuritaires, conduite par le Wali deBrakna à l’époque, le village en état de siège pendant une semaine. 
Pas une maison, pas un recoin du village n'a été épargné par leur fouille. Plusieurs jeunes du village seront arrêtés au hasard et torturés. 
Par magie le plaisantin resurgit à Nouakchott, il n’écopera d'aucune poursuite et aucune excuse ne sera présenté au Village. 
Présents à ce conclave, les élus locaux et certaines pontes du régime en quête de légitimité ravalant sans cesse le peu de dignité qui leur reste mais feignant néanmoins de poser les doléances de leurs électeurs se sont faits touts petits dans leurs baskets. Quand on court derrière les rares prairies on n’a pas le temps de se rappeler d’une certaine noblesse. 


 

 

"




Lire la suite... | 8 087 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

AMDH:RENCONTRE DEBAT SUR LA LIBERTE DE CIRCULATION ET LA CONTRIBUTION DE LA SOCIETE CIVILE ET LES CHERCHEURS
Posté par Ibnou le Monday 26 September 2016 @ 22:26:30 (102 lus)

Anonyme écrit "
AMDH : Rencontre débat sur la liberté de circulation et la contribution de la société civile et les chercheurs

AMDH : Rencontre débat sur la liberté de circulation et la contribution de la société civile et les chercheurs   Journal Tahalil - L’Association Mauritanienne des Droits de l’Homme (AMDH) organise du 26 au 27 septembre en cours, une rencontre débat sur le thème : « penser la liberté de circulation, quelles contributions pour la société civile et les chercheurs ». 
Cette rencontre à laquelle prennent part les acteurs de la société civile mauritanienne, les professeurs d’universités deNouakchott et du Sénégal, les représentants des sociétés civiles du Mali, duNiger, de la Côte d’Ivoire, du Togo, mais aussi de la France et du Maghreb, est une opportunité pour échanger sur des questions importantes que variées sur cette liberté de circulation qui pose problème aux décideurs d’Afrique et du monde.
D’emblée, Me Fatimata Mbaye, présidente de l’ADMH, a souligné à l’ouverture de cette rencontre, que « les entraves à la liberté de circulation des personnes se multiplient et se diversifient par le renforcement de l’Agence Européenne de Garde Côte (Frontex) et la mise en place des centres de rétention (Hotspots). Toutes ces politiques ont pour corolaire des milliers de morts en Méditerranée et au Sahara ».
Le prétexte de cette rencontre était d’offrir une opportunité à la société civile et aux chercheurs, pour poser le débat afin d’alerter les décideurs politiques sur les droits fondamentaux notamment la liberté de circulation.
«Il s’agira ici pour nous, en tant qu’acteurs de la société civile, de concert avec les chercheurs de donner notre contribution à cette problématique internationale » a-t-elle soutenu. Car, à en croire Mme Mbaye, depuis plus d’une 



décennie, «la migration, suscite de nombreuses controverses et des débats passionnés ».

"




Lire la suite... | 7 139 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

LES ARRESTATIONS ARBITRAIRES EN MAURITANIE:LE COMMUNIQUE DE L'ARMEPES-FRANCE
Posté par Ibnou le Monday 26 September 2016 @ 22:00:01 (173 lus)

Anonyme écrit "
Les arrestations arbitraires en Mauritanie : le communiqué de L’ARMEPES-FRANCE.


 Afficher l'image d'origine

 

l’association des Ressortissants Mauritaniens pour l’Éradication des Pratiques Esclavagistes et ses Séquelles (ARMEPES-FRANCE), réitère son cri d'alerte à l'endroit de la communauté nationale et internationale concernant la situation générale des Droits Humains en Mauritanie. Le régime mauritanien sous l'étau perpétuel d'une caste minoritaire militaro-politique bénéficiant de la caution d'un certain ordre religieux,  ne semble pas disposé à lâcher son acharnement contre les milieux contestataires . Ainsi, du jeune activiste du collectif du 25 février aux militants abolitionnistes de IRA-MAURITANIE ,  l'ordre étatique sous la direction du général Ould Abdelaziz, applique impunément et incessamment les mêmes mécanismes répressifs .

 

Face à cette situation préoccupante et continue de privations des libertés fondamentales dans le pays , L’ARMEPES-FRANCE demande :

 

 

 

~ la libération immédiate et sans conditions de tous détenus d'opinion, notamment les 13 responsables abolitionnistes de IRA-MAURITANIE. Pour rappel, ces derniers subissent un dossier judiciaire (3 à 15 d'emprisonnement) monté par une machination politique et une évidente manipulation orchestrées par les officines étatiques,

 

 

~

"




Lire la suite... | 41 688 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

LA DIASPORA EN PLEINE ACTION DEVANT LE SIEGE DES NATIONS UNIS
Posté par Ibnou le Monday 26 September 2016 @ 06:23:28 (120 lus)

La diaspora en pleine action devant le Siège des Nations-Unies [PhotoReportage]




La diaspora en pleine action devant le Siège des Nations-Unies [PhotoReportage]

Harratine - Au moment où nos frères sont en prison pour des crimes que la police a fabriqués sur ordre du Président Mohamed Abdel Aziz, c' est un impératif moral pour nous de demander leur libération immédiate et inconditionnelle.


Leur seul crime est d'avoir eu le courage de confronter le système esclavagiste et raciste en place à Nouakchott, qui protège les maitres d' esclaves pendant qu'il persécute les activistes des droits de l' homme.


C est pourquoi nous saisissons le podium international que nous offre la tenue de l' Assemblée Générale des Nations-Unies pour exposer les pratiques esclavagistes et racistes dont les Noirs Mauritaniens sont victimes.


Nous saisissons également cette occasion pour rappeler que la culture de l'impunité continue. Le gouvernement demeure sourd aux appels de justice des familles des officiers Noirs froidement assassinés en 1990-1991.


Au lieu de faire face à ces dossiers graves, le gouvernement a choisi d'aggraver la situation des Noirs en les marginalisant d' avantage à travers une registration biométrique discriminatoire visant les priver de leur citoyenneté.


Nous sommes ici devant le siège des Nations-Unies pour témoigner notre solidarité à nos camarades dont nous saluons le courage. En signe de solidarité, les manifestants ont lu publiquement les noms de tous les militants en prison ainsi que les peines qui leur sont injustement infligées, devant le siège des Nations-Unies. Et nous réaffirmons notre détermination à poursuivre notre combat pour la justice et la liberté jusqu'à la victoire finale.


Cette détermination est corroborée par la réponse massive et enthousiaste de la Diaspora. Les manifestants ont hautement apprécié la présence des leaders du Sud Soudan, du Ghana et du Mali venus exprimer leur soutien. Il est à noter que la présence de l'envoyé spécial de la Voix de l' Amérique pour couvrir la manifestation a injecté une énergie toute fraiche à la détermination des militants.


En conclusion, en condamnant les militants d'IRA à des peines allant de 3 à 15 ans pour des crimes fabriqués par la police, le gouvernement a dévoilé au grand public son acharnement aveugle contre IRA à cause du succès de sa campagne contre l' esclavage et le racisme au niveau national et international.


B. Tandia









Lire la suite... | 4 964 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

TPMN commémore la mémoire de Lamine
Posté par Ibnou le Monday 26 September 2016 @ 05:39:29 (22 lus)

Anonyme écrit "
TPMN commémore la mémoire de Lamine
TPMN commémore la mémoire de Lamine

 

Le Calame - Pour la mémoire de Lamine Mangane froidement tué, le 27 septembre 2011, à Maghama par la gendarmerie, lors d’une manifestation contre l’enrôlement biométrique, Touche pas à ma nationalité projette d’organiser deux événements majeurs, « pour rappeler aux autorités du pays, que le meurtre du jeune homme natif de Maghama est toujours impuni».


Un sit-in sera tenu dans la matinée du mardi 27 septembre, à partir de 10 heures devant les locaux du ministère de la justice pour «dénoncer l’impunité et exiger la traduction en justice des auteurs du crime », a annoncé Dr Alassane Dia, président du mouvement.


Il s’en suivra dans l’après-midi, après la prière d’Al asr, une lecture du coran pour le repos de l’âme du jeune martyr à Elmina à la mosquée située à côté du terrain Camara (non loin du Carrefour Yéro Sarr), indique TPMN.



"




Lire la suite... | 2 553 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

GABON :LES PRINCIPAUX PARTENAIRES DE BONGO ACCUEILLENT FROIDEMENT SA REELECTION
Posté par Ibnou le Monday 26 September 2016 @ 04:49:25 (112 lus)

Gabon: les principaux partenaires de Bongo accueillent froidement sa réélection
(AFP 25/09/16)

Gabon: les principaux partenaires de Bongo accueillent froidement sa réélection

Prendre acte et lancer des mises en garde : les principaux "amis" du Gabon accueillaient froidement ce week-end la validation de la réélection du président Ali Bongo Ondimba.

Aucun grand pays n'a encore félicité publiquement Ali Bongo pour sa réélection validée vendredi soir par la Cour constitutionnelle, qui a rejeté la requête de son rival Jean Ping sans appel possible. Un "déni de justice", estime l'opposant, qui se proclame le "président élu" depuis le scrutin à un tour du 27 août.

M. Ping, ex-diplomate, ministre des Affaires étrangères et patron de l'Union africaine (UA), a lancé samedi un appel à la communauté internationale, sans dire précisément ce qu'il en attend.

Entre toutes, une réaction a sans doute agacé son rival Ali Bongo. "La France constate que l'examen des recours n'a pas permis de lever tous les doutes", a publiquement regretté le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

"Nous n'avons besoin de personne pour parler des problèmes du Gabon", a répliqué Ali Bongo sur la radio RFI. Et d'insister: "l'ingérence n'est pas une bonne chose".

A Libreville et dans le reste du pays, la situation était toujours calme dimanche, alors que la première proclamation de la victoire d'Ali Bongo le 31 août avait provoqué des morts, des émeutes et des arrestations par centaines.

Les relations entre Paris et Libreville ne sont plus ce qu'elles étaient, notent à l'unisson les fins connaisseurs du "village" franco-gabonais. François Hollande est le premier président français à ne pas avoir fait le voyage de Libreville pendant son mandat depuis Charles de Gaulle.

Bien que diplômé de l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne comme de nombreux cadres gabonais, Ali Bongo se montre bien moins francophile que son père Omar, appréciant de mettre les Français en concurrence avec les géants asiatiques de la mondialisation.

Paris de son côté a vidé en partie le camp militaire de Gaulle de Libreville, préférant concentrer ses forces dans le Sahel, théâtre d'opérations anti-jihadistes. La France soigne ses relations avec le président tchadien Idriss Déby Itno, dont la réélection en avril est tout autant contestée par l'opposition à Ndjamena, mais dont l'armée représente un allié stratégique incontournable.

- Appels au dialogue politique -

Contrairement aux commentaires de la télévision d'Etat Télé Gabon, l'Union africaine (UA), le "syndicat des chefs d'Etat africains", n'a pas non plus félicité Ali Bongo, qui commence à 57 ans un second septennat.

Le président en exercice de l'UA, le tchadien Idriss Deby justement, a tout juste "pris acte de la décision de la Cour constitutionnelle", tout comme le Maroc -grand ami du Gabon- et l'ambassade des Etats-Unis à Libreville.

Ces messages sans chaleur comportent des injonctions envers les autorités et l'opposition, au nom de la paix civile dans ce petit pays d'1,8 million d'habitants riche en pétrole, ressources forestières et minières.

Paris demande aux autorités de "prendre les initiatives qui restaurent la confiance des Gabonais en leurs institutions et n'éloignent pas le Gabon des normes internationales en matière de droits de l'Homme et d’Etat de droit".

L'ex-puissance coloniale demande aussi à Jean Ping et les siens "de poursuivre leurs revendications selon des voies qui ne remettent pas en cause la paix et le bien-être du pays".






Lire la suite... | 9 105 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

SOUTIEN AUX DETENUS D'IRA:MANIFESTATION DEVANT L'ASSEMBLEE NATIONALE EN FRANCE
Posté par Ibnou le Sunday 25 September 2016 @ 19:17:09 (240 lus)

Soutien aux détenus d'IRA: Manifestation devant l’Assemblée Nationale en France

Soutien aux détenus d'IRA: Manifestation devant l’Assemblée Nationale en France Le Calame - Des dizaines de personnes ont organisé jeudi 22 septembre 2016 en France un sit in devant les locaux de l’Assemblée Nationale française. Les manifestants scandaient des slogans hostiles à l’arrestation et à l’emprisonnement des activistes de l’Initiative de la Résurgence Abolitionniste (IRA).


Les marcheurs ont remis une lettre au président de l’Assemblée Nationale Française, Claude Bartolone afin d’interpeller l’Union européenne et la communauté internationale sur le phénomène de l’esclavage et du racisme d’état érigé en système par le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz selon les termes de la lettre.


Les manifestants entendaient aussi, selon eux, dénoncer l’acharnement du système en place contre tous les militants anti-esclavagistes en général et les responsables d’IRA en particulier qui s’opposent à une grave situation de marginalisation et d’injustice à l’encontre de très larges couches sociales qui menace l’existence du pays.


Juste après leur libération, les deux premiers responsables d’IRA, Birame Ould Dah et Brahim Ould Abeid sont allés aux Etats Unis pour recevoir des prix du département américain pour leur combat pacifique.


C’est en leur absence que 13 des plus importants dirigeants de leur organisation ont été arrêtés à la suite de l’affaire Gazra Bouamatou, traduits en justice et sévèrement condamnés de peines allant de trois à quinze ans de prison ferme.







Lire la suite... | 3 339 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

NICOLAS SARKOZY CONDAMNE A 5ANS D'IN2LIGIBILITE EN CORRECTIONNELLE
Posté par Ibnou le Wednesday 21 September 2016 @ 06:23:14 (350 lus)

Anonyme écrit "


Nicolas Sarkozy condamné à 5 ans d’inéligibilité en correctionnelle

21 septembre 2016

L’info est pour une fois véritable, voir les révélations de Mediapart, la décision devrait tomber demain.

Pour une fois, la justice aura été prompte. Il faut dire que les juges avaient hâte d’en découdre. Le tribunal correctionnel, a rendu son verdict dans le cadre de l’affaire Bygmalion ce matin. Nicolas Sarkozy est donc reconnu coupable d’abus de confiance, de détournement de fonds, de piquage de pognon à des petites vieilles qui perdent la boule et d’être un populiste de la pire espèce. Sa peine : 5 ans d’inéligibilité. Même si le premier intéressé compte faire appel, ce jugement semble sonner le glas de sa carrière politique. Une carrière déjà tellement entachée qu’on n’imagine pas l’ancien président se remettre d’un tel affront. Bien qu’il ne se soit pas encore retiré de la course des primaires à droite, ses adversaires le considèrent déjà comme politiquement mort.

François Fillon a été le premier à réagir : « Qui imagine, l’espace d’un instant, le Général De Gaulle condamné à 5 ans d’inéligibilité ? Le candidat Sarkozy fait honte à son parti et à son pays !». Nadine Morano, dont on attendait le soutien pour son ancien Mentor, est encore plus sévère : « Bon débarras, ce type n’a décidément pas la carrure pour nous protéger des Musulmans ! Je demande l’annulation des primaires !» Une décision qui ne laisse donc personne indifférent à droite puisque la décision du tribunal n’empêche pas le candidat Sarkozy de se présenter à la primaire. Ce dernier, dénonçant quant à lui un acharnement politique : « Il est clair qu’on cherche à m’empêcher de dénoncer l’arnaque du réchauffement climatique. Et notamment le fait que si les températures ont plus augmenté en 100 ans qu’au cours des 25 000 dernières années, ce n’est pas la faute de l’être humain. Ou encore que le burkini est la seule vraie préoccupation en ce 21e siècle !»


"




Lire la suite... | 5 169 caractères de plus | Commentaires ? | Page Spéciale pour impression   Envoyer cet Article à un ami  

 Rencontre avec ...  

 Espace Vidéo & Radio  
RADIO DIAGUILY



Conférence du journaliste Camara Seydi Moussa à Massy - Part 1




Soniwood soutien festival international Soninke Bamako 2016





Biram Ould Abed Ould Dah à la conférence de l'OCVIDH à Massy le 26 juin 2010





Le président de L'OCVIDH Ibnou DIAGANA au micro de Kassataya



 Espace Dia Ousmane  

 Association  
OCVIDH Chez DIA Amadou
03 Square du clos de Vilaine
91300 Massy

 Prix des produits en Mauritanie (NKTT)  
riz 50kg=7200um
lait 25kg=24500um
sucre 50kg=11200um
tonne ciment =54000um
tonne fer =250 000um
Lire la suite

 Article du Jour  
L'Article le plus consulté aujourd'hui est :

UN LEADER DE PARTI DEPLORE LE RACISME ET L'EXCLUSION DES MAURITANIENS NON ARABES

 Lettre d'information  


Votre adresse E-mail



Recevez par mail les nouveautés du site.


 SONDAGE  

 Super
 Bien
 Moyen
 Passable

  Results, Résultats


  • Votes : 49

 Radio & TV  



Tous les Logos et Marques sont déposés, les commentaires sont sous la responsabilité de ceux qui les ont publiés
Le site OCVIDH est le site officiel de l'organisation contre les violations des droits humains en Mauritanie .
Ce site est conçu par Abibou DRAME, webmaster de l'association OCVIDH